Négociations : “Penser hors de la boîte” !

pascal paloc, le 28 novembre 2017

Fidèle à son calendrier, Nicolas Revel devrait présenter, le 15 décembre, les propositions de l’UNCAM issues des travaux des séances plénières, groupes techniques et rencontres  bilatérales. Il ne reste plus que deux rendez-vous prévus avant cette date, un groupe technique sur les priorités de revalorisation  et une rencontre bilatérale avec chaque syndicat,  pour faire bouger les curseurs de l’UNCAM.

Quel bilan tirer de ces premières séances  de négociations conventionnelles ?

  • Côté “Rembourseurs”, la feuille de route et le cahier des charges de la Ministre et du Directeur de l’UNCAM sont claires : les interventions de Nicolas Revel n’ont eu pour but que de nous présenter les conclusions de feu l’avenant 4 comme base de travail, en ne  modifiant que quelques orientations tarifaires mais surtout en venant à la « pêche » aux idées du côté des syndicats afin de mettre en oeuvre le “zéro reste à charge”.
  • L’UNOCAM, reste, comme à son habitude, dans la position de distributeur de bons et mauvais points dans son objectif de maîtrise du remboursement de ses clients.
  • Côté syndicats dentaires, nous, FSDL, n’avons eu de cesse de montrer qu’une autre voie était possible s’articulant autour d’une prévention enfin rémunérée et d’une valorisation cohérente des soins conservateurs (voir « la consultation de prévention »,et « les propositions de la FSDL« ). Nos propositions sont claires et fidèles à nos convictions : elles s’articulent autour de trois idées-forces. La consultation de prévention regroupant tous les actes préventifs, associée à la consultation de suivi permettrait enfin d’envisager la globalité du patient. Nous souhaitons également faire de la codification des actes un véritable outil de santé publique permettant de favoriser les techniques préservant l’organe dentaire (voir “tout à 100€”).
  • Malheureusement, les syndicats minoritaires, remplissant parfaitement leur rôle de syndicats historiquement conventionnels, s’adaptent à la feuille de route prévue, incapables d’orienter l’UNCAM dans des pistes différentes que celles imposées par l’avenant 4, pourtant unanimement rejetées ! Il est certain que le  projet de la FSDL, que nous portons sans relâche depuis bientôt  trois ans, axé sur la volonté de changer le modèle de prise en charge économique et technique  de la santé buccale des Français, leur reste pour l’instant étranger, malgré ce que tentent de faire croire leurs dernières prises de positions éditoriales.

La FSDL suit sa ligne directrice sans double langage et l’accuser de ne pas négocier, ou de n’être que spectatrice de la négociation montre à quel point la proximité malsaine de ces syndicats avec leur partenaire leur a fait oublier la priorité principale d’un syndicat professionnel :

défendre la qualité de l’exercice et sécuriser la pratique professionnelle des confrères tout en garantissant la santé des patients.

Après le 15 décembre, nous profiterons de la fin de l’année pour interroger nos administrateurs nationaux sur les propositions de l’UNCAM. C’est donc après avoir soumis les orientations de la nouvelle convention au vote de notre Conseil d’Administration que nous réévaluerons notre stratégie pour aborder un second round capital de négociations, car il déterminera si nous serons en capacité de signer ou pas. Quant à eux, les syndicats du passé et du passif  semblent déjà avoir cédé à la peur du règlement arbitral par leur empressement à communiquer pour préparer les esprits à s’adapter, à rester prisonniers de la boîte qui nous a été préparée, plutôt qu’à envisager les vraies réformes dont la profession a besoin.

La FSDL consciente de la menace du RA qui, quoiqu’il arrive, est la sanction à tout échec d’une négociation conventionnelle face à l’UNCAM, considère que cet enjeu n’a pas à influencer notre projet. Bien au contraire, nous sommes sûrs et certains que « plier le genou » aujourd’hui face à la peur du RA portera un coup durable à la crédibilité des futurs négociateurs lors de prochaines tractations.

La négociation est dure, nous appelons à la construction d’un nouveau système de santé dentaire, mais, si nos points de vue sont différents, nous devons être capables, UNCAM comme syndicats professionnels, d’appréhender les négociations dans un état d’esprit “gagnant-gagnant”. Nous serons attentifs et resterons vigilants quant aux propositions que nous fera l’UNCAM suite à nos travaux en ateliers. Nous ne pouvons que déplorer que l’UNOCAM soit dans l’incapacité d’être une force de proposition dans un secteur qui est pourtant la cible marketing prioritaire des contrats que ses membres proposent à leur clients !

 

Pascal PalocDr Pascal PALOC
Secrétaire Général de la FSDL


Tous les articles