CENTRES DENTAIRES LOW COST : UN MENSONGE D’ETAT

 

 

Le 1 février 2018, le sénateur du Pas-de-Calais, M. Rapin posait à Mme Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, une question relative aux développements des centres de santé dentaires. Le sénateur, s’inquiétait de la prolifération des centres sans aucun contrôle de la part des ARS et sans aucun changement suite au scandale Dentexia.

Extrait du JO du Sénat

La réponse de notre Ministre, publiée le 9 août 2018, est tout à fait surprenante et empreinte d’une grande naïveté, à moins que…
Mme Buzyn affirme béatement qu’ « ainsi, quel que soit le statut du gestionnaire, les bénéfices issus de l’exploitation du centre sont impartageables et ne peuvent être réinvestis qu’au profit du centre ou d’une structure à but non lucratif appartenant au gestionnaire. »

Mme Buzyn a-t-elle pris la peine de s’intéresser au scandale Dentexia ?
Mme Buzyn a-t-elle pris la peine de s’intéresser aux myriades de sociétés gravitants autour de ces centres dentaires ?
Mme Buzyn est-elle informée que les centres du label Dentego vont inonder le territoire français dans les mois à venir, majoritairement financés à hauteur de dizaines de millions d’euros par des fonds d’investissements anglais, dont tout le monde connaît le caractère philanthropique?

Quand un fond d’investissement anglais spécialisé dans le marché de la santé  comme G Square (structure gérant plusieurs centaines de millions d’euros ) investit dans Adental Groupe, filiale du réseau Dentego, ce n’est pas pour remplir une mission de santé publique.

De même, quand une « holding » détenue au Luxembourg par G Square fait 2 virements pour plus de 25 millions € vers Adental Groupe, on se doute bien qu’il va y avoir des flux d’argent entre les centres dentaires Dentego en France et le Luxembourg, afin de rentabiliser l’investissement initial.

Faudra- t- il un nouveau scandale type Dentexia pour que cette prolifération de centres low cost cesse ? Leur modèle économique n’a- t-’il pas montré ses limites en France, mais surtout en Espagne avec 3 scandales  récents retentissants : Centres Funnydent, Idental et Vitaldent? ( En savoir plus )

En conséquence, soit Mme la Ministre Buzyn n’est pas au courant de la transformation qui s’opère sur  le marché des centres dentaires au profit de financiers purs et durs, et cela relève de l’incompétence, soit nous sommes face à un mensonge d’Etat avec la volonté de développer ce type d’investissements à la manière de ce qu’il s’est passé dans les cliniques médicales et les laboratoires d’analyse médicale. Mme la Ministre, n’oubliez pas que le seul objectif de ces investisseurs est  la conquête du “nouveau marché de la santé” et sa rentabilisation maximale, et ce, au détriment de la santé de nos concitoyens.

La FSDL ne se taira pas et alertera les médias des risques liés à ces structures, c’est à dire se retrouver avec des milliers de patients escroqués et mutilés avec la complicité consciente de  nos politiques.

Faut il rappeler à ce gouvernement que c’est notre syndicat qui a obligé l’IGAS à dévoiler  son second rapport sur ces centres suite à notre action auprès d’un magistrat de la CADA ?
Peut on croire que certaines personnes auraient préféré cacher ce rapport sous le tapis préférant ignorer les conclusions sans équivoque de l’IGAS ? ( Lire l’article )

Il faut que tout cela cesse et qu’une réglementation stricte  se mette en place pour éviter un énième scandale sanitaire, nous y veillerons !

 

Patrick SOLERA
Président de la FSDL

 

 

 





J'adhère
à la FSDL

S'inscrire

INSCRIPTION NEWSLETTER

Pour vous tenir informé des actualités de la Fédération