ACCUEIL / ACTUALITÉ / EDITO

Un vote essentiel pour la profession

Quand on évoque les URPS, beaucoup d’entre nous ne savent pas forcément ce que cela représente et quel est le rôle de ces entités régionales composées de professionnels de santé.
Il est vrai que pendant longtemps on a ignoré leur existence car leurs prérogatives étaient relativement floues, et en tant que chirurgien-dentiste nous avions l’impression que tout cela était encore une coquille vide de plus, dans un mille-feuille administratif.

Mais la crise du Covid19 est passée par là, et nous avons pu constater l’importance et le rôle capital des personnes élues au sein de ces organismes au même titre que les conseillers ordinaux au sein de leur conseil départemental.

Le vote qui a lieu tous les 5 ans lors des élections syndicales régionales permet de définir  le taux de représentativité national des  syndicats  et donc en conséquence définir ceux qui auront la possibilité de signer seuls ou grâce à une alliance  une convention et les avenants qui s’y rattachent.

En 2015 la FSDL est arrivée en tête des votes avec presque 40% des voix sur la France entière remportant les plus grandes régions (IDF, PACA, ARA, Hauts-de-France et Grand Est). C’était un excellent résultat, compte tenu de l’hégémonie caractérisée par le syndicat arrivé en seconde position et dont tout le monde connaît la capacité à capituler devant chaque texte conventionnel. 

Avec la FSDL à 50,01% des voix, nous n’aurions sûrement pas eu la convention signée sous cette forme, ni même un règlement arbitral, car nos autorités de tutelle ne peuvent se permettre un échec total conventionnel et laisser une profession de santé en désaccord avec son Ministère.

En avril 2021, de nouvelles élections auront lieu, et la profession aura le privilège de s’exprimer sur ce qu’elle subit depuis 2018 et qui perdurera, même après  2023. L’occasion sera belle de dire que les chirurgiens-dentistes veulent simplement être honorés à leur juste valeur sur les soins préventifs et conservateurs, ce qui sera loin d’être le cas en 2023 quand le premier volet quinquennal de cette convention prendra fin. 

Mais au-delà de l’aspect conventionnel, le fait de placer des femmes et des hommes de valeur et de convictions au sein de ces organismes est capital dans la gestion de crises majeures comme celle que nous venons de subir. 

Qu’aurions-nous fait pour assurer la permanence des soins durant ces 2 mois, en termes d’organisation et acheminement des EPI sans ces élus URPS et conseillers ordinaux départementaux ?
Oui, nous sommes fiers d’avoir été représentés par ces gens qui au détriment de leur vie familiale se sont investis sans compter et nous ne pouvons que leur en être reconnaissants.

N’oublions pas que nous devons la fermeture des centres dentaires Dentexia par l’action conjuguée de l’Ordre National mais surtout de l’intervention décisive du Président FSDL de l’URPS ARA, Éric Lenfant auprès du Préfet de région. 

N’oublions pas également que sans l’investissement sans faille de Jérôme Gandois, Président FSDL de l’URPS Grand Est, les masques FFP2 certifiés conformes n’auraient pu être acheminés à temps dans toutes les régions et départements de France, que l’URPS soit FSDL ou non. (Lire l’article de La lettre 184 de l’Orde National)

Cette synergie entre les URPS et l’Ordre démontre l’utilité des élections qui permettent à ces consœurs et confrères d’accéder à ces postes à responsabilité. En exprimant notre vote nous choisissons à qui nous souhaitons confier ces missions et dans un contexte où les syndicats minoritaires signataires ne servent “qu’à passer les plats” du gouvernement sans aucune opposition, le rôle de ces élus sera primordial, aussi bien dan la régulation de la permanence de soins et l’indemnisation des chirurgiens-dentistes régulateurs (CDO Isère , Bretagne), la prise en charge des actes de télémédecine et surtout dans une volonté politique d’enrayer la prolifération de ces centres dentaires low cost dont tout le monde connait le modèle économique néfaste.

Plus que jamais dans 8 mois, votre vote sera primordial pour que vous soyez représenté et défendu par un syndicat, force de propositions et incontournable auprès des autorités de tutelle, mais également pour que vos élus URPS remplissent sur le terrain leur mission sans jamais faillir et toujours avec la même détermination.

 

 

Patrick SOLERA
Président de la FSDL