30 Septembre 2014, TOUS à PARIS

FSDL, le 24 septembre 2014

La FSDL est le seul syndicat dentaire représentatif qui appelle à se mobiliser et à manifester à PARIS, en plus de fermer nos cabinets, pour montrer notre mécontentement au Ministre de l'économie.

Le Mardi 30 septembre à l’appel de la FSDL, de l’UFML, de syndicats de pharmaciens, biologistes et médecins, une manifestation est organisée au départ de la place Edmond Rostand au pied du Sénat avec pour cible le Ministère de l’Économie afin qu’une délégation puisse rencontrer le ministre. La FSDL seul syndicat dentaire représentatif et organisateur de cette manifestation vous propose de l’ accompagner tout au long du parcours ou nous laisserons les traces de la destruction de notre profession. Venez en blouse et brassard noir mais aussi avec vos vieux instruments car avec des slogans comme:

“du matériel d’occasion pour une santé d’occasion “,

“quitte à donner la santé de nos patients aux financiers laissons leur aussi notre matériel”,

“liquidation totale avant fermeture définitive des cabinets”

nous pourrons laisser à notre Ministre le souvenir de notre passage… .

parcour manif Nous détaillons pour vous quelques points du rapport qui a servi au Ministre, de base de réflexion pour nous imposer cette reforme :

Le constat :

  •  99 794 €/ an de gains en moyenne soit 4,05 fois le revenu moyen en France (le revenu médian réel de la profession étant de 80 113€,).
  • En 2010 : 35% de rentabilité moyenne, alors que la moyenne de l’économie se situe à 7,9%.
  • Ils semblent regretter que la jurisprudence de la Cour de cassation interdise aux fabricants de prothèses dentaires de devoir passer par les chirurgiens dentistes au lieu de les poser eux-mêmes en bouche. « Au titre de leur monopole sur la vente des prothèses dentaires aux patients, les CD achètent les prothèses aux prothésistes et les revendent aux patients : le CD assurent donc un rôle d’intermédiation commerciale »…« L’augmentation éventuelle du nombre de CD consécutive à une suppression du numerus clausus aurait vraisemblablement un effet modérateur sur les tarifs des soins prothétiques pratiqués par les CD ».
  • parlent d’un prix moyen d’une CCM de 115 € prix prothésiste !
  • “L’augmentation en 2006 de « 30 % » des soins n’a pas été suivie d’un ralentissement des dépassements d’honoraires,” en oubliant de dire que nous avons financé ces fonds par les déplafonnements de nos cotisations d’assurance maladie via le fameux taux URSSAF.
  •  L’augmentation des importations de prothèses dentaires moins chères qu’en France n’a pas été suivie d’une baisse des coûts des soins prothétiques dans les cabinets.

À partir de ces constats ils proposent de nous imposer :

  • un premier acte de conseil sur le choix de la prothèse la mieux adaptée ;
  • un second acte d’ajustement et de pose.

Ces deux actes seraient bien évidemment opposables, et « tarifés par l’assurance maladie ».

  •  Paiement direct au prothésiste, sur prescription du praticien, par le patient
  • Suppression de numerus clausus.  En augmentant l’offre de soin ils pensent faire diminuer les coûts de la santé.
  • L’ouverture du capital de nos cabinets à des non professionnels extérieurs.   Le rapport souligne qu’il est injustifié que ce capital ne soit pas ouvert. Nous pourrions ainsi développer notre activité grâce à l’apport de capitaux extérieurs. Ils oublient juste qu’il pourrait en découler une possibilité de concentration du secteur et une augmentation des déserts médicaux liés à la disparition des petites structures ne pouvant résister à la concurrence économique.
  • et enfin une extension du pouvoir de contrôle de la part de l’Ordre pour “réguler” la main d’œuvre.

Lire le communiqué de presse


Tous les articles