Propositions pour une politique de prévention ambitieuse

isabelle saleck, le 4 novembre 2015

logo urps sans fond meidum

Afin de diminuer le coût des soins et la fréquence de recours  aux actes prothétiques et implantaires onéreux, la prévention doit être l’arme principale.
Diminuer la prévalence de ces actes est la seule solution . Ceci est d’autant plus vrai pour la santé bucco-dentaire, que nous travaillons sur un organe fini, la dent, dépourvue de potentiel de cicatrisation. La bouche dans son ensemble est en première ligne de nombreuses agressions extérieures dont les répercussions peuvent se retrouver dans l’ensemble de l’organisme. Ces mesures ont, bien entendu, un coût important lors de leur mise en œuvre, coût qui serait largement compensé par les bénéfices obtenus en termes de santé publique, à un horizon de 15 ans.

 Consultations et actes techniques piliers de la prévention.

Nous devons organiser les soins autour de bilans parodontaux et carieux réguliers, et de l’enseignement des règles d’hygiène bucco-dentaire et alimentaire. Les gestes techniques préventifs liés à ces bilans comme le détartrage, les scellements de sillons, les vernis fluorés, l’orthodontie d’interception… , qui ont fait preuves de leur efficacité, doivent trouver leur place en première ligne de nos actes préventifs.

C’est la raison pour laquelle la FSDL demande:

  • Que ces actes soient fortement valorisés
  • Que ces actes soient intégrés à un système de prise en charge bonifiée pour les patients les plus vertueux.

Modifier le gradient thérapeutique.

Les politiques de santé successives se sont basées sur un schéma thérapeutique restreint dont le but était d’arriver au plus vite à une restauration prothétique importante. Ce schéma était en rapport avec les moyens techniques et les connaissances de l’époque.

Aujourd’hui avec les multiples révolutions techniques qui ont touché notre profession, le concept de gradient thérapeutique, ou d’évolution graduée de la réponse thérapeutique doit prévaloir. De nombreuses études montrent aujourd’hui l’efficacité au moins aussi bonne des techniques adhésives ou restauratrices à minima.
Ces évolutions, qui peuvent entrainer une augmentation de l’espérance du maintient de l’organe dentaire fonctionnel dans la cavité buccale.

C’est la raison pour laquelle la FSDL demande:

  • le financement à court et moyen termes de techniques thérapeutique à minima
  • le transfert des financements des actes thérapeutiques lourds vers des actes thérapeutiques « à minima ».

L’importance des BBD enfants et adultes.

Le BBD est l’examen clinique primordial pour suivre l’évolution de la denture aux étapes importantes de la croissance et du développement psychomoteur de l’enfant, lui enseigner l’importance de l’hygiène bucco-dentaire et dépister le risque carieux.

Un BBD chez l’adulte permettrait de réaliser les bilans parodontaux et carieux, d’établir le dépistage précoce de l’apparition des pathologies chroniques ou aigue de la bouche (parodontites, modification du risque carieux, cancers, …) ainsi que leur suivi.

C’est la raison pour laquelle la FSDL demande:

  • L’augmentation de la fréquence des BBD enfant:Tous les ans à partir de 5 ans et jusqu’à 16 ans.
  • La mise en place d’un BBD adulte, à partir de 18 ans, et tous les 3 ans, pour réaliser les bilans parodontaux et curieux.La fréquence pourrait être portée à une fois par an pour certains patients présentant des besoins spécifiques (patients en ALD, diabétiques, etc.).
  • L’instauration d’un système de bonus pour les patients les plus assidus: En fonction du respect de la fréquence des visites, les patients assidus pourraient recevoir une meilleure prise en charge des pathologies curatives.

Assistante dentaire spécialisée en France.

Les modifications inévitables de l’organisation des cabinets que produirait l’investissement dans un plan de prévention majeur et efficace conduira à la nécessaire création d’un corps intermédiaire capable de pallier à l’augmentation de l’activité liée à la prévention. Sous la tutelle obligatoire d’un chirurgien dentiste, l’enseignement de l’hygiène bucco-dentaire et alimentaire, la réalisation de bilans et radios, le dépistage ODF, … doivent pouvoir être réalisés par un personnel qualifié et compétant comme dans nombre de pays voisins sans remettre en question nos prérogatives.

C’est la raison pour laquelle la FSDL demande:

  • La création de métier d’assistante dentaire spécialisée sous la tutelle du praticien.

 


Tous les articles